Le couple en ville nouvelle



Le couple en ville nouvelle
Le couple en ville

A la question "en trois expressions quelle est votre définition de l'Amour ?", ils avaient répondu à un type dans la rue qui prétendait travailler pour un institut sociologique :
- regarder dans la même direction
- une recherche d'absolu
- Nous
Ils s'aimaient, follement, inséparables depuis le premier jour, quatre ans plus tôt, et voulaient enfin vivre ensemble, en maison individuelle, même petite, avec un jardin derrière, même minuscule, à quelques kilomètres de la ville ou dans un quartier calme ; ils formulèrent ainsi leurs demandes et chaque semaine dévoraient le torchon d'annonces distribué gratuitement. Mais de telles habitations sont rarement à louer et le peu sur le marché dépassaient leurs possibilités financières ; deux salaires légèrement au-dessus du Smic offre peu d'espoir leur avouèrent, parfois même sincèrement désolées de cette situation, certaines blondes décolorées des agences aussi démarchées.
Alors, fatigués des tendresses bâclées dans une voiture, des semaines à l'hôtel ou chez les parents avec la peur paralysante de "faire du bruit", ils jetèrent leur dévolu sur un appartement. Pour commencer. En se disant qu'ils économiseraient pour rapidement acheter la maison rêvée. Ils parlaient aussi d'un autre rêve, le sud, si nous étions assurés d'y trouver un emploi nous foncerions ; ils le prétendaient, le croyaient parfois, mais seraient restés : cette idée scandalisait leurs proches, "ça ne se fait pas", "on mourrait d'ennui sans vous", "ne soyez pas égoïstes", "pensez un peu à nous"...

Au septième étage ils sont enfin chez eux. Sur la tour en face un néon rouge vise les inconscients. Ils défient souvent du regard cette lessive, jurant que jamais, oh non jamais, ils ne céderont. Et, malgré le double vitrage, l'autoroute les oblige à vivre télé ou chaîne hifi allumée. En plus du bruit, pollution oblige, smog souvent visible à l'oeil nu, impossible d'ouvrir une fenêtre ou descendre au "mini parc". Ils sont comme les autres. Comme les copains et copines du lycée, toujours revus avec plaisir, comme leurs nouvelles relations, les collègues, comme les voisins parfois croisés dans l'ascenseur ou au parking souterrain. Ils s'y font à cette petite vie presque confortable. Des besoins se créent, la carte de crédit et le crédit à la consommation évitent les chèques en bois. Ils rêvent encore d'une maison mais ne se font plus guère d'illusions. Faudrait gagner au loto ! Bien sûr ils jouent. Bien sûr ils s'aiment encore, et jurent s'aimer jusqu'à la mort, d'avoir trois enfants, et font l'amour lumière allumée, souvent la nuit, car ils se réveillent souvent la nuit, ils sont alors un point illuminé sur lequel fantasment des noctambules.

Combien de jours peut résister l'Amour dans un clapier ? Un lundi vers 19 h 30, trois semaines après son licenciement, elle l'a accueilli ainsi, alors qu'une énième fois il rentrait ivre. Elle avait soudain compris que sa vie ressemblait déjà à celle de sa mère, avec qui adolescente elle se disputait si souvent, l'accusant d'avoir tout raté au nom de principes "dépassés" ; elle qui voulait tant une vraie vie, avait juré de ne jamais sombrer dans le monotone train-train, elle a fixé le néon rouge, une dernière fois elle a ri tandis qu'il pestait "tu m'as encore fait une boîte", elle pensait "si je suis un oiseau j'enfourche le L, et au galop !", elle a ouvert la fenêtre, il était parti prendre une douche, elle savait que cette illusion non plus elle ne pourrait la vivre, mais elle a essayé.


contact

nouvelles textes